Hello !

Bienvenue sur le blog de We Invest Real Estate. 

Les souterrains, un autre futur? 

Les souterrains, un autre futur? 

Les souterrains ont souvent (toujours?) eu une connotation plutôt négative, ou du moins, fait référence à un monde obscur, sombre, où les populations troglodytes de tous types avaient comme voisinage direct les égouts. D’autre part, toujours dans le même contexte, il était facile de faire grincer des dents nos arrière-grands-parents rien qu’en évoquant ces abris de fortune que pouvait être n’importe quelle pièce se trouvant à au moins cinq mètres sous terre. Plus ou moins à la même époque, les « gueules noires » étaient loin d’exercer the best job ever. Autres temps, autres mœurs. Le tableau n’est pas rose, et les exemples ne manquent malheureusement pas d’exemples, mais toujours vers cette image négative. 

 

Et si… et si l’exploitation du sol était une des solutions de la ville dans le futur? Pas au niveau géologique et encore moins économique mais au niveau spatial, écologique et social? Une (ré)appropriation des (sous) sols comme espaces à part entière. Encore une fois, et si au lieu de voir des grattes ciels pousser comme des bambous les uns à côté des autres (‘’Pas de vis à vis’’ dans l’annonce, qu’ils disaient) la ville s’étendait un peu plus et que des habitations souterraines voyaient le jour (littéralement) ? Il serait facile d’avoir un ou des puits de lumière éclairant d’un - 1 à un -3 ? Nous sommes même tentés d’avancer qu’avec les technologies actuelles et futures, on pourrait pousser l’efficacité de ces puits jusqu’au - 5. En surface? Libre court à votre imagination! Nous, on opterait pour le potager commun de ‘’l’immeuble’’, et vous vous en feriez quoi ? Imaginez un instant cette ville, définie par un patchwork de *insérez votre réponse ici* mais où la ligne d’horizon et le panorama n’ont pas été profondément dénaturés. Bien sûr, on est dans le futur, et la voiture telle qu’on la connait aujourd’hui n’existe plus. D’autres systèmes ont été mis en place et s’intègrent - eux aussi - à cette nouvelle vi(e)-lle. Relevez la tête quand vous vous baladez en ville, il y aura désormais des choses à voir! Des gens à rencontrer! De nouvelles choses à faire! Et en communauté! 

 

Ça, c’était le chapitre résidentiel. Pour les secteurs tertiaire, culturel et sportif (ces deux derniers vont être intéressants à développer) cela ne change absolument rien. On ne peut pas vraiment dire que dans nos magnifiques centres commerciaux la lumière naturelle est l’élément primordial à ceux-ci. Que ce soit de l’élaboration à l’exploitation de ceux-ci, peu d’architecte en font leur cheval de bataille et peu de marques se soucient de savoir que leurs enseignes et leurs produits soient éclairés de manière naturelle ou artificielle. Et qu’on soit acheteur ou vendeur, soyons honnêtes, cela ne fait aucune différence. Eux doivent vendre, nous voudrions acheter. 

D’un point de vue culturel, bon nombre de fondations, de musées et de sites ont été créés et construits de toute pièce et n’ayons pas peur de le dire: ils sont magnifiques. La Vitrahaus (fondation Vitra) à Bâle en Suisse, ou encore le Bảo tàng Hà Nội - Hanoi museum au Vietnam font partie de ces innombrables sites culturels exceptionnels. Au même titre que le centre Pompidou à Paris, le Musée Guggenheim de Bilbao, l’Opéra de Sidney, etc. Il y en a vraiment, vraiment beaucoup. Ces monuments (n’ayons pas peur des mots) sont de véritables bouffées d’oxygène dans le tissu urbain parfois morose des grandes villes. Et pour d’autres, installés en pleine campagne, leurs apparitions font leur effet. Pour certains de ces bâtiments une rupture complète avec leur environnement soulignera le travail des concepteurs tandis que pour d’autres leurs intégrations à leur milieu est tellement remarquable qu’il est difficile de ne pas en apprécier chacun des détails. Mais revenons à nos souterrains. Les musées souterrains mêmes, et il y en a une multitude. Pleins. Beaucoup. Vraiment. Et nous ne parlons pas d’expositions pirates dans le musée berlinois ou new-yorkais (,ou..) mais de musées conçus comme tels, et en dessous du bitume ! Et nous allons en citer qu’un (nous comptons sur votre curiosité pour dénicher tous les autres): Le Louvre. Long story short: Ce musée, pas seulement connu et reconnu pour le sourire de la jolie Lisa, a aussi été le fer de lance d’une réhabilitation du site du Palais des Tuileries à Paris. Un chantier colossal dont l’aménagement souterrain permit de soulager le site d’une circulation difficile mais aussi et surtout d’un manque de place conséquent des bâtiments historiques existants - sans y apporter une seule modification apparente. Vous avez dit génies? Messieurs Ieoh Ming Pei et Jean-Michel Wilmotte. Bref, ce que nous tentons de démontrer ici, c’est que dans un cas comme dans l’autre, les bâtiments à vocation culturelle ne seront jamais de l’ordre du problème dans notre futur souterrain. 

Enfin, nous connaissons tous l’importance grandissante du sport dans notre société. Acteur ou spectateur, la plupart des sports se pratiquent en plein air. Nous laissons le débat des bains de boues aux amateurs, car nous imaginons bien qu’il y soit possible de prendre plaisir à se plaquer au nom du ballon ovale (fonctionne aussi avec un ballon rond, mais sans les mains) par un déluge, couverts de terre - aussi. Pour ce qui est des sports intérieurs - et si vous réfléchissez bien, tout ce qui se joue désormais en intérieur a d’abord été ou est un sport qui se pratique en extérieur - nous partons du principe que petit 1. Si vous le pratiquez en intérieur c’est que la météo ne permettait pas qu’il en soit autrement et par conséquent, les néons sont nos amis. Et petit 2. Vous êtes tellement concentrés à la pratique de celui-ci qu’il vous est complètement égal de savoir qui devra payer la facture d’électricité; tant que ce ne sera pas à vous de payer la première tournée de la troisième mi-temps. Pour les plus grands rendez-vous sportifs voici une théorie, et une intéressante: Si ce n’est que récemment où l’esthétisme a été intégré aux cahiers de charges des stades modernes (et encore), pour la plupart il s’agit de bâtiments relativement moches. Imaginez un instant qu’au lieu d’avoir ces arènes sorties tout droit de cerveaux d’ingénieurs - et pas de designers - elles soient intégrées au sol? On pousse sur ce qu’il dépasse, et on a - exactement - la même chose. Voire mieux. Il y a un bon nombre d’amphithéâtres naturels - Comme celui d’Ephesus, Turquie. Magnifiques - qui pourraient être le point de départ d’une réflexion plus générale sur les stades (peu importe la discipline) au sein d’une ville.

Et puis.. Il y a la réhabilitation des souterrains! Nous connaissons tous la légende de ceux de Paris, de son métro, du métro new yorkais également, dont certaines parties sont désaffectées. Et bien d’autres exemples encore! Petit coup de coeur pour cet appel à projet d’une ancienne station de métro parisien abandonné (tiens tiens) transformée en piscine. 

Tout est possible ! Mais avec des ‘’si’’.. 

Néanmoins les souterrains, le futur? Idée à creuser. 

 

Découvrez l'équipe We Invest - Victoria

Découvrez l'équipe We Invest - Victoria

Succession: tout ce qui change le 1er septembre

Succession: tout ce qui change le 1er septembre