Hello !

Bienvenue sur le blog de We Invest Real Estate. 

Immobilier: qu'attendre de 2017 ?

Immobilier: qu'attendre de 2017 ?

L’année 2016 fut un grand cru pour le marché immobilier belge: il n’y a jamais eu autant de transactions que l’an passé, avec une augmentation de plus de 12% à Bruxelles, selon les chiffres du baromètre des notaires. Parallèlement, la vente de constructions neuves a elle aussi explosé, avec une hausse de 33%.
2017 étant à présent bien entamée, focus sur les prévisions pour les 11 mois à venir: quels sont les changements amorcés, et quelles sont les nouvelles tendances appelées à impacter le marché immobilier ? Les grands de l'immobilier y ont répondu, nous le décryptons pour vous (Attention, spoiler)

1. PAS DE KRACH IMMOBILIER... NI D'AUGMENTATION FULGURANTE DES PRIX

Pas de krach immobilier… ni d’augmentation fulgurante des prix

Pas de krach immobilier… ni d’augmentation fulgurante des prix

Il est difficile de prévoir un krach (on est agents, pas voyants), toutefois un effondrement des prix semble invraisemblable pour 2017. e prix moyen d'une maison d'habitation est resté relativement stable au cours de l'année écoulée, en légère hausse de 4,8% à Bruxelles. Le prix moyen d'un appartement a, lui, augmenté de 3%, par rapport à 2015.

Le marché immobilier belge étant légèrement survalorisé, cela laisse la possibilité d’une légère baisse des prix… Mais la reprise conjoncturelle, la croissance des revenus, la faiblesse des taux et l’augmentation du nombre de ménages, soutiennent, eux, le marché immobilier. Les fortes hausses des prix que nous avons connues avant la crise économique appartiennent donc au passé, et les experts planchent plutôt sur une augmentation limitée des prix de l’immobilier, qui vont grosso modo suivre l’inflation, au cours des années à venir.

2. LES TAUX RESTENT BAS

Les taux restent bas

Les taux restent bas

La faiblesse des taux de ces dernières années a été une bénédiction pour ceux qui veulent emprunter, soutenant ainsi grandement le marché immobilier : en 2008, on dépassait encore les 5% en fixe sur 20 ans, aujourd’hui, on avoisine les 2%. C’est donc l’une des grandes questions de 2017 : la fameuse remontée des taux de crédit hypothécaires aura-t-elle lieu cette année ? Les experts répondent, d’une voix relativement unanime, que oui (Oooooh) mais de manière mesuré (Aaaaah) et surtout sans grande incidence sur le marché de l’immobilier belge qui continuera à bien se porter en 2017. Les taux vont légèrement augmenter au cours des années à venir, mais cette hausse sera progressive et limitée. Pour les ménages, il restera toujours très intéressant d’emprunter.

3. UNE LÉGISLATION TOTALEMENT DIFFÉRENTE DANS CHAGE RÉGION

À Bruxelles et en Wallonie on évolue vers un encadrement plus strict des loyers

À Bruxelles et en Wallonie on évolue vers un encadrement plus strict des loyers

La législation sur les baux est une compétence régionale, mais jusqu’à présent les régions œuvraient toujours à l’élaboration de ces nouvelles réglementations. C'est chose (presque) faite et les premières réformes concrètes devraient entrer en vigueur en 2017, ce qui aura un très fort impact sur le marché locatif privé. Et puisque rien n’est jamais simple en Belgique (ce serait trop facile)les politiques évoluent dans des sens totalement différents: à Bruxelles et en Wallonie on évolue vers un encadrement plus strict des loyers. En revanche, la Flandre semble vouloir appliquer une politique plus libérale. Pour les bailleurs qui ont des biens dans plusieurs régions, il sera plus difficile de suivre les différentes réglementations.

4. HAUSSE DES LOYERS ET DISPARITION DES APPARTEMENTS PLUS ANCIENS & MOINS CHERS

Hausse des loyers et disparition des appartements plus anciens et moins chers

Hausse des loyers et disparition des appartements plus anciens et moins chers

Un durcissement de la réglementation vis-à-vis des propriétaires bailleurs va les contraindre à augmenter les loyers pour conserver leur rendement. En effet, d’ici 2020, tous les biens devront avoir une toiture isolée, sous peine de ne plus pouvoir les louer. Les règles en matière de double vitrage seront également plus sévères. Enfin, les ascenseurs devront être renouvelés dans de nombreux immeubles d’appartements au cours des années à venir.

De ce fait, le segment des appartements entre 500 et 675 euros de loyer va être amené à diminuer voire disparaître. Ceux-ci correspondent généralement à des appartements plus anciens, dont les propriétaires sont plus âgés et souhaitent continuer à louer sans faire trop de dépenses. Sans les investissements nécessaires pour adapter ces biens aux nouvelles normes, ceux-ci devront progressivement être retirés du marché et, à terme, en disparaître.

Vivez-vous dans une des communes les plus chères de Bruxelles ?

Vivez-vous dans une des communes les plus chères de Bruxelles ?

Comment vous offrir la vie que vous souhaitez en 2017 ?

Comment vous offrir la vie que vous souhaitez en 2017 ?