Sources: We Invest & Notaires.be

Comme la plupart des secteurs, le marché immobilier a été rythmé en 2020 par les évolutions du Coronavirus. Face à un marché chamboulé et imprédictible, il est légitime de se demander si c’est le bon moment pour acheter. Nos experts vous répondent


Un marché sur les starting-blocks

Après deux arrêts totaux des activités suivi par des protocoles sanitaires stricts à faire respecter par les agences immobilières, l’année 2020 a inévitablement été moins fructueuse, avec un nombre de transactions moins élevé que l'année qui a précédé.

Mais avec les perspectives d’un futur vaccin, des possibilités de visite dématérialisées et des vendeurs toujours présents, le marché est sans aucun doute prêt à repartir. De la même manière qu’en mai, au sortir du premier confinement, le marché immobilier connait un rebond inhabituel en ce début d’année. Les notaires notent "seulement" une diminution des transactions de 2,7 % (par rapport à 2019, qui était une année record), alors que le marché aurait été à l'arrêt pendant plus de 4 mois en 2020, grâce à l'effet de rattrapage.
Ainsi, au mois de mai, les agents immobiliers We Invest ont vendu plus de 2 fois plus de biens qu’en février de la même année. Une hausse qui s’explique par le report des projets immobiliers du printemps mais également par une envie de changer de cadre de vie. De plus, les biens se vendaient deux fois plus rapidement après le second confinement, signe que la demande était bien présente !
Et on observe déjà une tendance similaire pour ce début d’année 2021.


Lancer votre projet en estimant votre bien gratuitement


Une stabilisation des prix

Si les rumeurs parlaient d'une chute des prix après le premier confinement, cela ne s’est pas produit. On a plutôt constaté une légère augmentation des prix comme l’indique le baromètre des notaires. En 2020, la hausse est de 6,8% pour les appartements, versus 5,7% pour les maisons, contre respectivement 4% et 4,2% en 2019, comparé à 2018.

Par ailleurs, les mesures de soutien, telles que le chômage économique partiel, les primes régionales et le droit passerelle ont bien préservé le pouvoir d’achat des ménages belges. Les conséquences de la crise économique sur le marché de l’immobilier ont donc été limitées en 2020.


Des taux toujours au plus bas

Qui plus est, le marché immobilier est également porté par des taux hypothécaires au plus bas avec des taux moyens qui continuent de diminuer. En 2020, ils s’établissaient à 1,29% en moyenne (pour un taux fixe, sur 20 ans avec une quotité de 80%).

Et cela devrait se poursuivre, puisqu'il n'est pas prévu de remontée des taux avant fin de l'année 2021. Vous pourrez d’ailleurs profiter de ce début d'année pour obtenir un prêt attractif: en effet, les banques ont des quotas à réaliser. Les chiffres étant remis à 0 en début d’année, il est donc possible de négocier les taux avec les banques qui seront disposés à attirer les meilleurs clients. Si votre dossier est solide, pas de raison que vous ne puissiez pas bénéficier de taux très avantageux ! C’est donc le bon moment pour acheter.


Les primo-acquéreurs inquiets

Début janvier, les notaires publiaient un rapport récapitulatif de l'année 2020. Ils y notent que ce sont les primo-accédants qui semblent le plus souffrir en 2020 avec la part d’acheteurs de moins de 30 ans qui diminue légèrement par rapport à l'année qui précède: alors qu’ils étaient 28% en 2019, ils ne sont plus que 25,7% en 2020. Une tendance qui s’explique par 2  facteurs principaux :

  • Tout d’abord, la crise sanitaire est source d’incertitude. Les perspectives d’une crise économique durable et des difficultés sur le marché de l’emploi poussent les plus jeunes à reporter leurs projets immobiliers.
  • De plus, les mesures prises par la Banque Nationale Belge en janvier ont rendu plus difficile l’obtention de prêts, avec un apport de 10% minimum, en plus des frais de notaire. Une quotité de 90% difficile à tenir pour des jeunes, qui manquent généralement de cet apport financier important, critère devenu essentiel pour les banques.

Le bon timing pour les investisseurs

Toutefois, si votre dossier est solide, il n’y a donc pas de raison de repousser son projet immobilier, les taux étant très attractifs, de belles offres peuvent  s’offrir à vous. C’est donc le bon moment pour acheter ! Il peut par exemple être intéressant d’investir dans l’immobilier, qui reste la valeur refuge en temps de crise. Une bonne façon de se constituer un patrimoine et de bénéficier de revenus complémentaires.

Un conseil toutefois ? Veillez à vous renseigner auprès de votre banque quant à votre capacité d'achat, voire même obtenir un premier accord de principe : cela vous permettra d'être plus réactif face aux opportunités, qui partiront très vite !

Découvrir les biens à vendre de We Invest

Si vous souhaitez avoir plus d'info à ce sujet ou sur ses applications à votre situation personnelle, n'hésitez pas à contacter nos conseillers immobiliers par mail sur info@weinvest.be ou sur notre site web We Invest. Nous sommes disponibles 7 jours sur 7 pour répondre à toutes vos questions !